Non classé

Des Junior-Entreprises au sein de Sciences Po, pourquoi faire?

Les instituts d’études politiques (IEP) sont bien connus pour former des élites administratives, mais moins louées pour leur esprit d’entreprendre. Et pourtant, les IEP sont des grandes écoles qui regorgent de talents. Donner l’opportunité à ces étudiants de s’essayer au monde du travail, c’est la mission que les Juniors-Entreprises des IEP se sont donnée. Zoom sur ces « Juniors » pas comme les autres.

Les Juniors-Entreprises, des « assos » étudiantes avant tout

1901, la loi Waldeck-Rousseau fonde le statut d’association. Désormais, deux personnes désirant s’associer pour un objectif commun différent du partage de bénéfices peuvent fonder une association loi 1901. 

L’association à but non-lucratif est une forme d’organisation flexible qui séduit les citoyens aux intérêts multiples et variés. Parmi eux, les étudiants. Pivot de la vie estudiantine, l’association est la forme privilégiée pour les projets en tout genre; du week-end d’intégration à la conférence sur le climat.
Animafac, réseau des assos étudiantes, récence aujourd’hui plus de 10 000 associations étudiantes, avec des intérêts tous autant différents les uns des autres.

Parmi ces assos, il y a les Juniors-Entreprises, une marque propriété de la Confédération Nationale des Juniors Entreprises (CNJE). La première Junior-Entreprise de France voit le jour en 1967 au sein de l’ESSEC, dans un contexte de révolte étudiante et de critique des enseignements, jugés trop théoriques. Depuis, la professionnalisation au sein des grandes écoles est un réel enjeu. Un enjeu tout aussi important dans les instituts d’études politiques. 

De nombreux moyens sont mis en place au sein des IEP pour assurer un taux d’insertion élevé. Selon une enquête “Jeunes Diplômés 2018” de Sciences Po Paris, 84 % des diplômés ont trouvé un emploi en moins de 6 mois et plus de 39 % des diplômés en emploi ont trouvé leur premier emploi avant la diplomation. Pour relever le défi de conserver ces taux et de les améliorer, la forme associative est l’une des plus stimulante.  

Développer les compétences des étudiants par la professionnalisation, c’est l’intérêt que les Juniors-Entreprises des IEP ont choisi de servir.

Un réseau français de Juniors-Entreprises Sciences Po

La Junior-Entreprise est un statut associatif particulier qui permet de créer le lien entre les organismes professionnels et les étudiants des IEP. 

En agissant comme des cabinets de conseil, ces associations portent un caractère commercial (par l’établissement de facture, de salaires, etc.) régi par la Lettre de Bérégovoy (1984). Leur objectif, servir les étudiants, reste non-lucratif

Les Juniors des Sciences Po sont des vecteurs de dynamisme pour les organismes. Avec 9 associations fondées sur le modèle de la Junior Entreprise, les “JIEP” couvrent le territoire national.  

Ces Juniors-Entreprises, bien que minoritaires, se détachent du cadre des Juniors-Entreprises d’écoles de commerce ou d’ingénieurs, en offrant une originalité d’organisation et de prestations. Formés initialement en sciences politiques, les étudiants sciences-pistes ont bien d’autres expertises à offrir. Les spécialisations sont multiples, les professions variées. Travailler avec une Junior-Entreprise d’IEP, c’est accéder à des centaines de profils différents et à une offre unique. 

La Junior-Entreprise : une source de professionnalisation

Ce statut d’association est également une aubaine pour les étudiants souhaitant se professionnaliser. De la mission de revue de presse à la traduction, en passant par la veille juridique, les étudiants mettent en pratique leurs apprentissages et grandissent de chaque expérience. Selon une étude de la Confédération Nationale des Juniors Entreprises, 92% des étudiants ayant pris part à l’expérience trouvent un emploi moins de 3 mois après l’obtention de leur diplôme.

L’organisation d’une Junior est originale. Elle s’appuie sur des postes classiques d’association tout en créant des pôles à responsabilité, comme les ressources humaines ou encore la qualité. Faire partie d’une de ces organisations permet aux étudiants de s’ouvrir à de nouveaux modes de fonctionnement et de prendre des responsabilités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *